Test : MacBook Pro Retina

Avec le MacBook Pro Retina, Apple trace une nouvelle voie pour sa gamme de portables destinés aux professionnels.

Attendu depuis plus de trois ans, le MacBook Pro s'offre enfin une cure de jouvence avec l'arrivée du modèle Retina. Faisant une croix sur le passé, les ingénieurs d'Apple se sont fait plaisir avec une machine entièrement nouvelle combinant les avantages du MacBook Air et ceux du MacBook Pro 15 pouces pour un résultat réellement convaincant, mais basé sur quelques compromis. 

Tout dans l'écran

displayLa principale nouveauté du MacBook Pro 15" Retina est bien évidemment l'écran Retina. Ce type d'écran a fait ses débuts sur l'iPhone 4 puis sur l'iPad de troisième génération avant d'arriver sur le Mac. Le rendu est donc connu, mais c'est la première fois que le Retina apparait sur une diagonale aussi importante. Le portable haut de gamme d'Apple intègre donc un écran de 15,4 pouces affichant une définition de 2880 x 1800 pixels, soit 220 pixels par pouce et un total de 5,18 millions de pixels. En pratique, le MacBook Pro Retina affiche un espace de travail de 1440 x 900 pixels, identique à celui des MacBook Pro 15 pouces classique. Cependant, tous les éléments à l'écran disposent d'une résolution doublée. Les éléments sont beaucoup plus nets : le texte est limpide, les icônes parfaitement détourées et les photos extrêmement détaillées.

Malheureusement, l'écran Retina souffre de la faible qualité des images sur le web. Si Safari permet de lisser tous les textes affichés à l'écran, les images restent très mal définies. Pour l'instant, aucun site Internet, à l'exception de celui d'Apple, n'est optimisé pour le Retina. C'est d'ailleurs le même problème avec le nouvel iPad. Avec la popularité des produits Apple et pourquoi pas l'arrivée d'ordinateurs portables PC équipés d'écran haute résolution, les concepteurs de sites Internet devront prendre ce nouveau paramètre en compte. On notera par ailleurs que Google Chrome est totalement incompatible avec le MacBook Pro Retina, l'ensemble des textes est flou, tout comme les images. Il faudra donc utiliser obligatoirement le navigateur Safari pour profiter de l'écran Retina, du moins pour l'instant. Dans l'ensemble, les développeurs devront donc optimiser les applications afin d'exploiter au mieux les capacités de l'écran Retina. Dans la même veine, l'interface de Photoshop CS5 est entièrement floue.

MacBook-Pro-Retina-Safari MacBook-Pro-Retina-Chrome

Le rendu optimisé sous Safari et non-optimisé sous Chrome

Dans les vidéos HD en plein écran, le problème ne se pose pas vraiment et le rendu est excellent. La carte graphique encaisse sans problème le choc.

Le MacBook Pro 15" Retina embarque d'ailleurs deux cartes graphiques : l'une intégrée au processeur, l'Intel HD 4000, et l'autre dédiée disposant de 1 Go de mémoire vive, le GeForce GT 650M. Le système passe automatiquement de l'une à l'autre en fonction des besoins. L'utilisation de l'Intel HD 4000 permet bien évidemment d'économiser la batterie alors que la GeForce GT 650M n'est utilisée que dans les applications les plus gourmandes et les jeux. L'Intel HD 4000 souffre un peu et s'en sort beaucoup mieux sous Mountain Lion. Nous avons pu comparé les performances entre OS X Lion et OS X Mountain Lion, et il va s'en dire qu'Apple a fait de sérieux efforts en manière d'optimisation sous OS X 10.8 afin que l'interface et le surf soient parfaitement fluide sur le MacBook Pro Retina, ce qui n'est pas franchement le cas sous Lion. En 1920 x 1200 pixels, les choses se corsent, même sous Mountain Lion, et la navigation n'est pas toujours fluide, notamment lors du défilement sur Facebook par exemple.

Pour l'occasion, Apple a complètement revu le panneau de préférences moniteurs. Ce dernier n'affiche plus les définitions utilisables, mais une version simplifiée permettant de profiter au mieux de l'écran Retina. Par défaut, le moniteur est réglé sur une définition de 1440 x 900 pixels "Optimisé pour l'écran Retina". L'option "à l'échelle" permet de choisir entre une police plus grande ou une espace plus important sur cinq niveaux qui correspondent en fait aux définitions 1024 x 640, 1280 x 800, 1440 x 900, 1680 x 1050 et 1920 x 1200 pixels. Les premières définitions ne semblent pas vraiment utiles, la résolution native étant suffisante pour avoir un texte assez gros. Au contraire, les deux autres définitions proposées permettent d'agrandir l'espace de travail et de retrouver la résolution d'un MacBook Pro classique avec option haute définition ou bien encore celle du MacBook Pro 17 pouces qui n'est plus au catalogue. Pour profiter de la définition native de l'écran, à savoir 2880 x 1800 pixels, il faut utiliser le script d'un développeur indépendant. L'espace de travail est alors conséquent, mais le texte est quasiment illisible. Le réglage de la définition d'un moniteur externe se fait en revanche de manière tout à fait classique. lors de la connexion HDMI, Apple propose toujours les modes 720p, 1080i et 1080p.

Windows7-MacbookPro-Retina.JPG

Sous Windows 7, installé via BootCamp avec les pilotes fournis par Apple, la définition de l'écran est de 2880 x 1800 pixels. Dans le paquet d'installation, Apple force l'utilisation du mode haute résolution de Windows à 150 % ce qui permet de grossir certains textes de l'interface, notamment les menus et les messages d'alertes, mais la plupart des éléments restent minuscules.

Concernant l'écran en lui-même, il exploite la technologie IPS (in-plane switching) qui permet une bonne restitution des couleurs, mais surtout des angles de vision de 178°. Grosse nouveauté attendue par beaucoup d'utilisateurs de MacBook Pro, l'écran est enfin traité contre les reflets. L'écran n'est plus recouvert d'une couche de verre et le film plastique légèrement brillant est directement intégré à la dalle LCD afin de réduire l'épaisseur de l'ordinateur. Le rendu est proche de celui d'un MacBook Air. Apple assure d'ailleurs que la dalle réduit les reflets de 75 %. Si nous n'avons pas pu mesurer le taux de réduction des reflets, ces derniers sont beaucoup moins dérangeants qu'avec le MacBook Pro. Évidemment, l'option antireflet proposée sur le MacBook Pro 15 pouces classique reste encore plus efficace avec un écran parfaitement mat, mais Apple a fait des efforts et cela se voit.

Une configuration haut de gamme

Apple propose deux modèles de MacBook Pro Retina : une version d'entrée de gamme vendue 2279 euros avec un processeur Core i7 disposant de quatre coeurs cadencés à 2,3 GHz, de 6 Mo de mémoire cache L3 partagés, de 8 Go de DDR3 cadencés à 1600 MHz et d'un SSD de 256 Go, et une version haut de gamme avec un processeur Intel Core i7 disposant de quatre coeurs cadencés à 2,6 GHz et un SSD de 512 Go, mais toujours avec 6 Mo de mémoire cache L3 partagés et 8 Go de DDR3-1600. Cette dernière est affichée à 2899 euros.

Intel_Corei7Ces processeurs Intel Core i7 de troisième génération exploitent l'architecture Ivy Bridge et donc une finesse de gravure de 22 nanomètres contre 32 nanomètres pour la génération précédente. Cette amélioration permet aux processeurs de consommer moins d'énergie et de dégager moins de chaleur. Elle permet également à Intel d'intégrer une partie graphique plus puissante, l'Intel HD 4000. Les processeurs Intel Core i7 intègrent également la technologie HyperThreading qui permet au système d'exploitation de gérer, non pas quatre coeurs physiques, mais huit coeurs logiques. De plus, la technologie Turbo Boost permet d'augmenter temporairement la fréquence d'un ou de plusieurs coeurs jusqu'à 3,3 GHz pour le MacBook Pro Retina d'entrée de gamme et 3,6 GHz pour le modèle haut de gamme, ce qui est utile pour les applications n'étant pas optimisées pour gérer les processeurs multicoeurs.

overview_bucket_flashComme sur le MacBook Air, la mémoire vive est soudée directement sur la carte-mère. Il ne faut donc pas espérer augmenter la quantité de mémoire vive dans le futur, il faudra choisir entre les 8 Go proposés d'origine et les 16 disponibles en option pour 200 euros. Même constat pour le SSD, qui, s'il n'est pas soudé à la machine, est au format propriétaire. Si certaines sociétés comme OWC proposent des SSD de remplacement pour le MacBook Air, aucune n'en propose encore pour le MacBook Pro Retina. Il faut dire que le modèle embarqué, un Samsung Series 830, est l'un des plus performants du marché et qu'il est donc compliqué pour les fabricants de proposer une alternative plus intéressante, du moins pour l'instant.

Le seul moyen pour augmenter la capacité de stockage est là encore de passer par l'Apple Store. Si le modèle d'entrée de gamme devra se contenter d'un SSD de 256 Go, le modèle haut de gamme peut passer de 512 à 768 Go pour 500 euros.

Une connectique limitée, mais rapide

Le nouveau MacBook Pro Retina est beaucoup plus fin que ses prédécesseurs ce qui a obligé Apple à faire l'impasse sur une partie de la connectique. Sur la tranche gauche, on retrouve ainsi le connecteur d'alimentation MagSafe dans sa version 2, non compatible avec les précédents chargeurs, deux ports Thunderbolt, un port USB 3.0 ainsi qu'une sortie audio analogique et numérique optique qui fait également office d'entrée analogique et numérique optique. Le connecteur jack est également compatible avec le micro et la télécommande présents sur les écouteurs pour iPhone. De l'autre côté, il y a un second port USB 3.0, une sortie HDMI et un lecteur de cartes SDXC.

Capture d’écran 2012-07-17 à 11.55.45

Comme sur les MacBook Air et MacBook Pro classique, l'USB 3.0 fait donc enfin son apparition sur Mac. Cette norme permet enfin d'exploiter correctement les performances des disques durs externes avec un débit de l'ordre de 100 à 110 Mo/s avec un disque dur 2,5 pouces, de 150 Mo/s avec un bon disque dur externe de bureau (3,5 pouces) ou bien encore de monter à plus de 350 Mo/s avec un SSD externe. Évidemment, l'USB 3.0 conserve la compatibilité avec tous les périphériques USB 2.0, mais le débit ne dépassera pas les 40 Mo/s.

MacBookProRetina-Connectique MacBookProRetina-Connectique-2

Thunderbolt_logoC'est la première fois qu'Apple intègre deux ports Thunderbolt sur un ordinateur portable. Chaque connecteur peut donc gérer un ou plusieurs périphériques Thunderbolt montés seul ou à la chaine. La connectique Thunderbolt offre un débit de 10 Gb/s bi-directionnel ce qui permet en pratique d'atteindre une vitesse de transfert de 900 Mo/s. Elle gère également les écrans et il est donc possible de connecter trois moniteurs externes au MacBook Pro Retina : deux moniteurs connectés via l'interface Thunderbolt, en natif comme pour le moniteur Apple Thunderbolt Display ou bien à l'aide d'adaptateur Mini DisplayPort vers DVI, VGA ou HDMI, ainsi qu'un autre moniteur sur la sortie HDMI. Lors de l'usage de trois moniteurs externes, l'écran du MacBook Pro Retina reste encore utilisable. Cette connectique pourtant limitée fait du MacBook Pro Retina, le premier portable Apple à pouvoir gérer trois moniteurs externes de manière native, ce qui est un véritable plus pour certaines professions.

La connectique disparue

Pour réduire l'épaisseur de son MacBook Pro Retina et se concentrer sur l'essentiel, Apple a fait l'impasse sur le port Ethernet Gigabit. Par défaut, le MacBook Pro Retina devra donc communiquer en Wi-Fi grâce à la norme 802.11n qui permet un débit théorique de 450 Mb/s. Heureusement, Apple propose un adaptateur Thunderbolt vers Gigabit Ethernet qui permet de retrouver une liaison réseau filaire à l'aide d'un câble RJ45. Les ingénieurs d'Apple ont également fait une croix sur le FireWire 800, qui, comme on pouvait s'y attendre, est remplacé par la connectique Thunderbolt. Là encore, la société californienne a annoncé l'arrivée d'un adaptateur Thunderbolt vers FireWire 800 qui n'est toujours pas disponible à l'heure où nous écrivons ces lignes. Plus étonnant, le port antivol Kensington a également disparu. Il faudra donc passer par des accessoires externes, comme le Maclocks pour MBP Retina.

macbook-pro-connectique

L'Ethernet Gigabit et le FireWire 800 du MacBook Pro 15 pouces classique disparaissent

Évidemment, le lecteur optique est aux abonnés absents. Ce n'est pas vraiment une surprise tant ce type de périphérique de stockage est progressivement délaissé au profit des disques durs externes et des clés USB, qui peuvent désormais stocker plusieurs dizaines de gigaoctets là où le DVD se contente de moins de 9 Go dans sa version double couche. les utilisateurs réguliers de DVD et autres CD-ROM pourront toujours acheter le SuperDrive USB d'Apple pour environ 80 euros. Au passage, Apple montre qu'elle n'adoptera probablement jamais le Blu-Ray.

Le MacBook Pro Retina remplaçant le défunt MacBook Pro 17 pouces, on peut également ajouter à la liste le port ExpressCard/34. Les utilisateurs de périphériques ExpressCard/34 devront donc passer par un adaptateur Thunderbolt de chez Sonnet ou bien encore envisager une alternative USB.

MagSafe-MagSafe2Pour finir, le port MagSafe n'est plus. Comme le MacBook Air, le MacBook Pro Retina utilise un connecteur MagSafe 2 qui rompt la compatibilité avec les précédents adaptateurs. Pour utiliser un écran LED Cinema Display ou Thunderbolt Display, il faudra donc passer par un convertisseur MagSafe vers MagSafe 2 vendu 10 euros. Cet accessoire sera également utile pour utiliser les anciens adaptateurs avec le MacBook Pro Retina. (L'Apple Thunderbolt Display est maintenant livré avec un convertisseur dans la boite).

Un régime forcé

À première vue, le MacBook Pro Retina ressemble à un MacBook Pro 15" classique avec un châssis unibody en aluminium aux mêmes dimensions. Pourtant, une fois en main, on comprend vite la différence. L'épaisseur du MacBook Pro Retina n'est que de 18 mm contre 24 pour le MacBook Pro classique. Les autres dimensions sont très proches avec 358,9 x 247,1 mm pour le Retina contre 364 x 249 mm pour le classique, quelques millimètres d'écarts qui ne font pas vraiment la différence, mais qui participent au sentiment de compacité se dégageant du MacBook Pro Retina. L'épaisseur réduite permet aussi un meilleur confort lors de la frappe au clavier en limitant la cassure au niveau du poignet et donc la fatigue. Évidemment, le MacBook Pro Retina n'est pas encore au niveau du MacBook Air sur ce point. L'ultraportable d'Apple est en effet biseauté pour épouser au mieux la surface sur laquelle il est posé. Les ingénieurs d'Apple n'ont pas pu faire de même sur le MacBook Pro Retina afin de conserver de la place pour la batterie située sous le pavé tactile.

MacBookProRetina-poids

MacBook Pro Retina Core i7 2,6 GHz SSD 512 Go pesé à 2,035 kg

Le MacBook Pro Retina ne pèse que 2,02 kg, soit moins qu'un MacBook Pro 13 pouces dont le poids s'élève à 2,06 kg. Évidemment, le MacBook Pro classique avec ses 2,56 kg est beaucoup plus lourd, tout comme le MacBook Pro 17 pouces qui fleurte avec les 3 kg sur la balance.

MacBookProRetina-boutonLa finesse du MacBook Pro Retina a également une conséquence sur le refroidissement des composants. L'aspiration de l'air frais ne se fait plus par le clavier mais via des évents situés sur chaque tranche en dessous du portable. Le flux d'air est ensuite dirigé directement vers les ventilateurs qui expulsent l'air chaud via les ouvertures à la base de l'écran. Pour plus attentifs auront également noté la disparition du terme MacBook Pro à la base de l'écran, l'espace étant trop réduit, Apple a tout simplement décidé de retirer la mention MacBook Pro qui est désormais affichée sous la machine.

Enfin, le bouton d'alimentation est partie intégrante du clavier puisqu'il remplace le bouton d'éjection du lecteur optique et l'indicateur du niveau de la batterie a disparu, tout comme le témoin de veille.

Performances

Les performances du MacBook Pro Retina sont tout simplement bluffantes. C'est simple, le MacBook Pro Retina ne se contente pas d'être le portable Apple le plus rapide jamais testé par la rédaction de Macworld, c'est également le Mac, toutes catégories confondues, le plus rapide. Avec un score de 330 points à l'indice SpeedMark 7, le MacBook Pro Retina Core i7 2,6 GHz est plus rapide que le MacBook Pro 15 pouces Core i7 2,4 GHz (fin 2011) avec 219 points, le portable le plus rapide jusqu'ici, et que l'iMac 27 pouces Core i7 2,93 GHz SSD 256 Go, le Mac le plus rapide testé avec un score de 264 points. Le MacBook Pro Retina d'entrée de gamme avec son Core i7 cadencé à 2,3 GHz est également devant tous les autres Mac avec un score de 319 points.

performances-MacBook-Pro-Retina

Comparé au nouveau MacBook Pro 15" classique utilisant le même processeur Core i7 2,6 GHz, le MacBook Pro Retina haut de gamme se montre plus performant de 38 % alors que le MacBook Pro Retina d'entrée de gamme avec un Core i7 à 2,3 Ghz est aussi plus rapide de 33 %. Le MacBook Pro classique est ici handicapé par son disque dur mécanique qui plombe littéralement les performances de la machine.

Si l'on compare les scores avec les MacBook Pro de l'année dernière, la différence est encore plus importante puisque le MacBook Pro Retina affiche des performances en hausse de 51 % par rapport au MacBook Pro 15" fin 2011 haut de gamme (Core i7 2,4 GHz). le MacBook Pro Retina d'entrée de gamme est également largement au-dessus avec une différence de 46 %.

Bien évidemment, le MacBook Pro Retina fait la différence grâce à son SSD qui permet d'obtenir des performances de premier ordre dans les tests impliquant le stockage comme la compression, la décompression et la duplication d'un dossier, ou encore l'importation de fichiers dans iMovie, Aperture ou iPhoto.

Dans les autres tests qui n'impliquent pas forcément le stockage, le MacBook Pro Retina et les nouveaux MacBook Pro classiques font jeu égal. En revanche, le MacBook Pro Retina reste derrière dans les jeux. Le MacBook Pro 15 pouces classique d'entrée de gamme avec sa GeForce GT 650M disposant de seulement 512 Mo de mémoire dédiée affiche 14 % d'images par seconde en plus que le MacBook Pro Retina d'entrée de gamme pourtant équipé d'une GeForce GT 650M avec 1 Go de GDDR5. Dans le haut de gamme, là encore, le MacBook Pro classique affiche 8 % d'images en plus que le modèle Retina. Cette différence peut s'expliquer par une fréquence de fonctionnement de la carte graphique GeForce GT 650M légèrement revue à la baisse sur le MacBook Pro Retina à cause notamment de la finesse du châssis et de la plus grande difficulté à refroidir les composants.

 Speedmark
score
Duplication
d'un dossier
de 2 Go
Compression Zip
d'un dossier
de 4 Go
Décompression
Zip d'un dossier
de 4 Go
PagesImportation
d'une
archive
iMovie
iMovie :
exportez pour
les
périphériques
mobiles
iTunes :
encodage
AAC vers
MP3
Handbrake
0.95 64bit
Cinebench
OpenGL
Cinebench
CPU
Parallels
Worldbench
Photoshop
CS5
Script
ApertureiPhoto :
ouverture
500 photos
Mathematica
8
Portal
2
MacBook Pro Retina
Core i7 2,3 GHz
(Mi 2012)
319 13.3 198.6 26.6 71.6 40.5 61.1 66.8 88.4 34.8 67.4 231.0 81.8 55.5 50.8 1.91 172.6
MacBook Pro Retina
Core i7 2,6 GHz
(Mi 2012)
330 13.9 183.5 26.9 66.3 45.2 59.6 62.1 81.7 37.4 62.3 231.3 80.9 54.8 48.8 1.98 194.8
MacBook Pro 15"
Core i7 2,3 GHz
(Mi 2012)
221 55.8 223.3 115.3 72.3 72.1 65.9 73.5 87.6 34.6 66.7 270.0 126.2 104.7 136.9 1.84 201.8
MacBook Pro 15"
Core i7 2,6 GHz
(Mi 2012)
239 54.6 195.7 113.7 69.3 68.1 63.5 69.9 84.4 37.4 62.7 245.3 83.1 97.8 135.9 1.97 212.0
MacBook Pro 15"
Core i7 2,4 GHz
(fin 2011)
219 52.7 217.4 131.6 76 70.2 52.6 71.5 100.5 43.3 76 234.0 149.8 103.9 141.2 1.64 174.3
MacBook Pro 15"
Core i7 2,2 GHz
(fin 2011)
190 74.4 245.5 168.9 88.6 82.2 60.8 80.6 108.2 38.7 81.9 288.3 147.9 117.2 186.2 1.55 160

Les résultats de Cinebench OpenGL et Portal 2 sont en images par seconde. Tous les autres résultats sont en seconde. Les modèles de référence sont en italique. Les meilleurs résultats sont en gras.

Le système de refroidissement

MacBookProRetina-eventsLa finesse du MacBook Pro Retina a obligé les ingénieurs à revoir complètement le système de refroidissement. L'aspiration de l'air par le clavier ne suffit plus et Apple a donc ouvert les côtés du portable afin de laisser entrer l'air frais guidé par des conduits jusqu'aux deux ventilateurs qui expulsent l'air chaud à la base de l'écran. Les ingénieurs d'Apple ont également modifié légèrement le design des ventilateurs où la séparation des pâles est désormais asymétrique afin de produire un bruit moins aigu et donc moins gênant.

En pratique, le système de refroidissement fonctionne de manière très efficace. Dans les tâches courantes, le MacBook Pro Retina ne se chauffe pas et les ventilateurs sont inaudibles. Même lors de l'encodage d'une vidéo, l'ordinateur reste étonnamment silencieux. Le processeur Intel consomme en fait très peu d'énergie et c'est au niveau de la partie graphique intégrée et surtout dédiée que la consommation est plus importante. Lors du surf sur Internet ou lors du visionnage de vidéo en 1080p sur YouTube par exemple, le MacBook Pro Retina ne fait tout simplement aucun bruit.

performance.jpeg

Dans les jeux, la donne change complètement et la gourmande GeForce GT 650M laisse s'exprimer les ventilateurs à plein poumon. Avec une définition de 2880 x 1800 pixels sous Diablo III ou bien encore en 1680 x 1050 pixels sous Battlefield 3 via Bootcamp, le MacBook Pro Retina fait beaucoup de bruit. La partie supérieure du clavier (les touches numériques et de fonction) devient très chaude et le portable ne peut pas être laissé sur les genoux.

Le MacBook Pro Retina se montre au final très silencieux, sauf dans les jeux où les deux ventilateurs sont mis à profit pour refroidir les composants.

Autonomie

L'écran Retina consomme pas mal d'énergie. Les ingénieurs d'Apple ont donc intégré une batterie de 95 Wh. En comparaison, le MacBook Pro 15" classique se contente d'une batterie de 77,5 Wh qui une meilleure autonomie.

macbook-pro-retina-autonomie

Autonomie en minutes

Apple annonce toujours une autonomie de 7 heures en utilisation "web sans-fil". Pour nos tests d'autonomie, nous lançons une vidéo en plein écran sous QuickTime qui est lue en boucle jusqu'à épuisement de la batterie. Ce test consomme plus d'énergie que le simple surf sur Internet.

Les deux modèles de MacBook Pro Retina ont tenu environ 5 heures, soit environ 30 minutes de moins que le nouveau MacBook Pro 15" classique équipé d'une batterie plus petite. Les MacBook Pro 2011 étaient encore plus autonomes avec une autonomie d'environ 6 heures.

Le MacBook Pro Retina face au MacBook Pro classique

Le principal attrait du MacBook Pro 15” classique reste bien évidemment sa puissance et sa modularité. Même si l’absence de SSD lui pèse, il est heureusement très facile de remplacer le disque dur mécanique par un disque à mémoire flash afin d’exploiter toute la puissance de la machine. Il est également relativement facile de passer à 16 Go de mémoire vive pour une centaine d’euros. Il est également possible de remplacer le lecteur optique par un second disque dur 2,5 pouces afin d’augmenter la capacité de stockage. Enfin, cerise sur le gâteau, le MacBook Pro 15 pouces peut-être équipé d’un véritable écran antireflet haute-définition (1680 x 1050 pixels), une option disponible uniquement dans les boutiques Apple pour environ 100 euros.

mbp-rmbp

Par opposition, le MacBook Pro Retina est maintenant entièrement fermé. Il faudra bien choisir sa configuration à l'achat, notamment au niveau de la mémoire vive, soudée à la carte-mère, ou bien encore de la capacité du SSD. Le MacBook Air conserve néanmoins l'avantage de la portabilité et d'une définition d'écran ajustable de 1440 x 900 à 1920 x 1200 pixels. De plus, les deux ports Thunderbolt et la sortie HDMI permettent d'envisager l'usage de plusieurs écrans et de nombreux périphériques Thunderbolt montés à la chaine, ce qui ne bride donc pas vraiment les possibilités de ce MacBook Pro en terme d'extension.

Conclusion

Plus fin, plus élégant et encore plus puissant, le MacBook Pro Retina redéfinit le terme d'ordinateur portable repoussant encore un peu plus les limites de la miniaturisation tout en conservant la puissance du MacBook Pro. La société Apple montre une fois de plus qu'elle ne se repose pas sur ses acquis, qu'elle aime prendre des risques et surtout innover, aux risques d'en décevoir certains.

En 2008, Apple avait introduit le MacBook Air, qui à force d'évolution est aujourd'hui une véritable référence grand public. En 2012, elle revoit sa gamme Pro avec le MacBook Pro Retina, un portable compact extrêmement puissant dont l'un des principaux défauts est encore son prix très élevé. La gamme ne compte que deux modèles proposés à 2279 et 2899 euros. Comme tous les ordinateurs de première génération d'Apple, le MacBook Pro Retina souffre encore de quelques problèmes de jeunesse qui seront sûrement corrigés l'année prochaine. On pense par exemple à l'écran Retina qui consomme encore beaucoup trop d'énergie ou bien encore à la partie graphique intégrée qui a du mal à gérer la résolution élevée. 

Il reste que dans l'état, le MacBook Pro Retina reste la machine la plus puissante jamais proposée par Apple et une réelle alternative aux MacBook Pro classique.

LE VERDICT

Avec le MacBook Pro Retina, Apple propose un portable haut de gamme alliant puissance et portabilité. L'écran Retina fait son effet, même s'il consomme beaucoup d'énergie et si la carte graphique ne semble pas encore à la hauteur.

Les plus
  • Performances
  • Finesse
  • Ecran IPS haute résolution
  • Silence
  • Deux ports Thunderbolt
  • Gestion de trois moniteurs externes
Les moins
  • Prix
  • Pas d'adaptateurs Thunderbolt vers Ethernet et FireWire 800 dans la boite (pour une machine à plus de 2000 euros)
  • Fluidité de l'interface
  • Bruyant dans les jeux

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Mac
Tags :
7 commentaires
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld