Test : Fujitsu ScanSnap S1300i

Le ScanSnap 1300i, une solution toujours aussi simple pour numériser des documents rapidement.

Fujitsu ScanSnap S1300i (1)Le constructeur japonais Fujitsu est un acteur historique du marché des scanners portables. Ces périphériques répondent à un besoin particulier pour les personnes souhaitant numériser des documents facilement sans avoir à s'encombrer d'un scanner à plat. Évidemment, de par leur nature, ce type de scanner est destiné uniquement à numériser des feuilles indépendantes. En effet, il est impossible de scanner les pages d'un livre ou d'un magazine par exemple. Nous avions déjà testé le ScanSnap S1100, un modèle ultra-compact, mais limité à la numérisation feuille par feuille. Aujourd'hui, nous nous attaquons au S1300i de Fujitsu, un modèle plus encombrant, mais également beaucoup plus rapide.

Présentation

Le Fujitsu ScnaSnap S1300i n'est pas très encombrant, mais il n'est pas franchement portable. Il mesure 284 x 88 x 77 mm pour un poids de 1,4 kg. En comparaison, le S1100 mesure 273 x 47,5 x 34 mm pour un poids de 350 grammes. Dans la boite, le scanner est accompagné d'un DVD regroupant les pilotes et les logiciels, d'un câble Mini-USB vers USB, d'une alimentation externe plutôt compacte, mais qui n'est pas indispensable. En effet, Fujitsu livre également un câble d'alimentation USB qui vient de brancher sur un ordinateur et sur le connecteur d'alimentation du scanner. Il est donc possible d'utiliser le ScanSnap S1300i en déplacement sans avoir obligatoirement besoin d'une prise de courant à proximité, un bon point. Comme avec le S1100, il n'y a toujours pas de housse de transports.

Fujitsu ScanSnap S1300i (3) Fujitsu ScanSnap S1300i (2)

Au niveau de la consommation, le ScanSnap S1300i est à 9 Watts en fonctionnement et 2,6 Watts en veille. L'alimentation via un port USB abaisse la consommation à 5 Watts en fonctionnement et 2 Watts en veille. Il permet de numériser des feuilles avec une taille maximale de 216 x 360 mm, mais peut également numériser des documents avec une longueur maximale de 86 cm. Le format minimal accepté est de 50 x 50 mm. Contrairement à son petit frère, il ne peut pas numériser de document épais, puisqu'il ne dispose pas de chemin droit. Il se contente d'une densité de papier de 104 g/m2 et le bac à feuille a une capacité de 10 feuilles A4 standard (80 g/m2). Enfin, en terme de résolution, il peut monter à 600 dpi en couleur et 1200 dpi en monochromie.

En pratique

Comme avec le S1100, la véritable force du ScanSnap S1300i est sa facilité d'utilisation. L'étape la plus compliquée étant d'installer le logiciel ScanSnap Manager présent sur le DVD ou directement sur le site du fabricant. Nous avons téléchargé directement la dernière version du logiciel qui pèse tout de même 440 Mo, puis nous l'avons installé. La surprise est venue de l'installation d'une nouvelle mise à jour pesant pas loin de 106 Mo, ce qui commence à faire beaucoup pour un simple scanner portable. Une fois cette étape douloureuse passée, il ne reste plus qu'à connecter le ScanSnap à l'ordinateur et de lancer le logiciel ScanSnap Manager (le scanner ne fonctionne pas si l'application n'est pas lancée).

Capture d’écran 2012-01-30 à 14.51.26 Capture d’écran 2012-01-30 à 14.52.39

La suite est très simple, il suffit d'appuyer sur l'unique bouton du scanner pour qu'il numérise l'ensemble des pages présentes dans le guide. La numérisation est très rapide et le logiciel ScanSnap Manager est toujours aussi efficace pour remettre dans l'axe tous les documents. Comme d'habitude, une fois la numérisation terminée, le logiciel propose de traiter le document de différentes manières : sauvegarder le fichier dans un dossier, l'envoyer par email, l'imprimer, l'envoyer vers un iPhone ou un iPad, vers un compte Google Docs, vers un compte Salesforce Chatter ou encore vers iPhoto. Gujitsu a également rajouté aux possibilités l'envoi vers Dropbox, Evernote ou SharePoint.

ScanSnap Manager

DropBox fait son apparition

Capture d’écran 2012-01-30 à 15.58.05 Capture d’écran 2012-01-30 à 15.58.55

Toujours la reconnaissance d'écriture et l'indexation pour la recherche dans les fichiers numérisés en PDF

Dans le cas de la sauvegarde dans un dossier ou de l'envoi par email, le logiciel affiche une page intermédiaire permettant de nommer le fichier généré. Dans le cas des services de Goolge Docs ou Salesforce, le fichier est envoyé directement après avoir rentré ses identifiants. De même, un clic sur l'icône iPhoto envoie directement le fichier vers iPhoto. Dans ce dernier cas, les différents documents numérisés ne sont plus regroupés au sein d'un PDF, mais sont séparés et intégrés sous forme d'image au format JPEG. Dans tous les cas, les documents scannés sont sauvegardés dans le répertoire "Images" du dossier de l'utilisateur. Par défaut, les fichiers scannés sont nommés avec la date, mais il est possible d'attribuer un nom personnalisé via les préférences du logiciel ScanSnap. Les préférences permettent également de numériser les fichiers sous forme de JPEG en lieu et place du PDF par défaut, de modifier la résolution, de choisir le degré de compression ou encore d'indexer une partie du texte en tant que mot-clé du PDF. Cette dernière fonction est très intéressante puisqu'elle permet la reconnaissance du texte et facilite la recherche de documents et de données dans les documents.

L'utilisation de la fonctionnalité Scan To Mobile qui permet d'envoyer un document numérisé vers un iPhone ou un iPad nécessite l'installation de l'application gratuite ScanSnap Connect. L'ordinateur et l'iPhone ou l'iPad doivent bien sûr être connectés au même réseau local. Ensuite, il ne reste plus qu'à choisir un mot de passe, et le fichier est automatiquement envoyé vers le périphérique iOS. Les fichiers peuvent être ensuite affichés directement dans l'application ou via des applications compatibles (iBooks, Stanza, Dropbox, Evernote, etc.). Il est également possible d'imprimer les documents via AirPrint.

Nous aimerions d'ailleurs que Fujistu propose aussi uniquement les pilotes de ses scanners ScanSnap au téléchargement afin de les utiliser avec Aperçu sans avoir à installer toute la batterie de logiciels fournis. C'est d'autant plus vrai pour les utilisateurs de MacBook Air qui ne disposent que de 64 Go de mémoire de stockage.

Performances

Si le scanner S1100 affichait des performances honorables, le S1300i fait beaucoup mieux et ne se destine donc pas du tout au même public. Il est en effet capable de scanner jusqu'à 12 pages par minute, soit à peu près une page toutes les 5 secondes. Attention, tout de même, via l'alimentation USB, le scanner est plus lent et il se limite alors à 4 pages par minutes. En mode automatique, il faut se contenter de 6 pages par minutes, mais avec la numérisation recto-verso en un seul passage, c'est d'ailleurs ce qui lui permet d'afficher 12 pages par minute. Via l'alimentation USB, il faut se contenter de 4 pages par minute en mode automatique.

LE VERDICT

Toujours aussi simple à utiliser, le S1300i est avant tout un scanner de bureau qui offre la possibilité d'être utilisable à l'extérieur grâce à l'alimentation via un deuxième port USB. Il reste tout de même très gros pour être trimballé tous les jours, mais offre une vitesse appréciable surtout par rapport à son petit frère, le S1100. Reste que pour les performances brutes, il faudra se tourner vers le tout nouveau iX500 et son débit de 50 pages par minute.

Les plus
  • Simplicité d'utilisation
  • Alimenté via le port USB ou via une alimentation externe
  • Création facile de documents PDF
  • Documents toujours remis dans le sens de la lecture
Les moins
  • Logiciel volumineux
  • Non compatible avec les protocoles TWAIN, ISIS ou WIA
  • Absence de pilotes seuls

COMMENTAIRES
Lire le commentaire

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : Mac
Tags :
1 commentaire
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld