Test : iPod nano 7G (2012)

En 2012, l'iPod nano a presque tout d'un grand...

iPod nano 7G (3)Profitant de la présentation de l'iPhone 5, Apple a également dévoilé en septembre dernier ses nouveaux iPod touch et iPod nano. Non modifié en 2011, l'iPod nano n'avait reçu qu'une mise à jour logicielle offrant quelques nouveautés. En 2012, l'iPod nano de septième génération fait donc son apparition. Apple a repris le concept du précédent modèle avec un écran encore plus grand, mais l'iPod nano a, dans les faits, de moins en moins d'intérêt...

C'est dans les vieux pots...

iPod nano 7G (6)En 2010, l'iPod nano de sixième génération prenait une toute nouvelle direction avec un format carré ultracompact, un écran tactile et la présence d'un clip de fixation comme sur l'iPod shuffle. Ce modèle se rapprochait étrangement de l'iPod shuffle perdant au passage le grand écran du précédent nano et son appareil photo. Malgré sa taille, l'écran tactile était plutôt agréable à utiliser, mais il manquait tout de même un bouton physique pour revenir en arrière ou plus simplement à la page d'accueil.

Avec l'iPod nano de septième génération, Apple renoue avec le design un peu plus classique au grand dam de ceux qui utilisaient l'iPod nano comme une montre. Le nouvel iPod touch mesure 76,5 x 39,6 x 5,4 mm pour un poids de seulement 31 grammes contre 90,7 x 38,7 x 6,2 mm et 36,4 grammes pour l'iPod nano 5G de 2009 et 37,5 x 40,9 x 8,78 mm et 21,1 grammes pour l'iPod nano 6G de 2010. Ce dernier est et restera probablement le plus petit des iPod nano, mais les 10 grammes de différences ne se sentent pas vraiment. L'écran tactile affiche désormais une diagonale de 2,5 pouces et une définition de 240 x 432 pixels, soit une résolution de 202 ppp. C'est quasiment la taille de deux écrans d'iPod nano 6G mis côte à côte.

Comme l'iPhone et l'iPod touch, l'iPod nano bénéficie d'un châssis en aluminium. Il est ici décliné en huit couleurs différentes : noir, violet, bleu, argent, vert, jaune, rose et rouge. Comme sur tous les iPod nano, les côtés sont arrondis alors que les arrêtes sont bien présentes en haut et en bas. La façade ressemble étrangement à celle des périphériques iOS avec un bouton d'accueil physique situé juste en dessous de l'écran.

iPod nano 7G iPod nano 7G

Sur le côté, on retrouve trois boutons permettant d'accéder aux contrôles de base sans passer par l'écran tactile et le bouton d'allumage/mise en veille sur le dessus. Au final, l'iPod nano 7G ressemble beaucoup à un iPod touch miniature, avec malheureusement pas mal de fonctionnalité en moins.

Enfin sur la partie inférieure, on retrouve le connecteur jack 3,5 mm qui fait quasiment l'épaisseur de l'iPod nano ainsi que le nouveau port Lightning qui vient remplacer le connecteur dock 30 broches. Les ondes ayant plus de mal à passer à travers l'aluminium, le cache en plastique situé entre la sortie audio et le port Lightning camoufle en fait l'antenne Bluetooth.

iPod nano 7G

Le retour des boutons

L'iPod nano 6G avait fait l'impasse sur les boutons de contrôle se contentant du nouvel écran tactile fraichement introduit sur l'iPod nano. Avec l'iPod nano de septième génération, Apple réintègre les bons vieux boutons physiques. Cela commence bien sûr par un bouton d'accueil, incontournable depuis le succès des iPhone, iPad et autres iPod touch, mais aussi par trois boutons situés sur la tranche de l'iPod nano. Ces trois boutons reprennent en fait le fonctionnement des écouteurs avec télécommande d'Apple. Les deux boutons situés aux extrémités sont utilisés pour régler le volume alors que le bouton central permet de lancer la lecture, de mettre sur pause ou encore de changer de morceaux (double ou triple clics). La présence de ces trois boutons est d'autant plus indispensable que l'iPod nano est livré avec les nouveaux écouteurs EarPods, mais sans télécommande. C'est bien dommage d'autant plus que le nano est parfaitement compatible avec les écouteurs avec télécommande et micro Apple. Le micro peut même être utilisé pour enregistrer des notes vocales.

iPod nano 7G (1)

Le bouton d'accueil permet quant à lui de revenir à l'écran d'accueil, mais pas seulement. Un double clic amène ainsi à l'écran du morceau actuellement à l'écoute alors qu'un triple clic permet d'accéder aux fonctionnalités VoiceOver ou à l'inversion des couleurs.

Un écran plus confortable

iPod nano 7GL'écran de l'iPod nano "montre" était compact, mais pas vraiment pratique. Ici, l'iPod nano 7G permet enfin d'afficher plus de quatre morceaux en liste à l'écran, ce qui simplifie énormément la navigation. Toues les applications bénéficient bien sûr de la nouvelle taille de l'écran : lors de l'écoute de musique, la pochette de l'album ainsi que tous les contrôles sont accessibles dont les différents modes de lecture et le mode Genius, l'application radio permet d'afficher plusieurs stations, l'application Nike+ affiche toutes les options directement, l'horloge affiche le jour, l'heure, les minutes, les secondes, etc.

Le grand écran a permis également à Aple de réintégrer la barre des tâches qui permet d'avoir l'heure en permanence, l'état de la lecture, le fonctionnement de Nike+ et le niveau de la batterie. Le grand écran permet au final un usage beaucoup plus confortable de l'iPod nano et le rapproche de plus en plus des périphériques iOS classique. Il est d'ailleurs toujours possible de déplacer les icônes en restant appuyer dessus.

Reste quelques points en retrait par rapport à son prédécesseur, ce dernier proposait par exemple des icônes personnalisées permettant par exemple d'accéder directement aux listes de lecture depuis l'écran d'accueil, ce qui est impossible maintenant. Plus anecdotique, seuls six thèmes différents sont proposés pour l'horloge contre 18 pour l'iPod nano de 2010.

La vidéo fait son grand retour

Disparu en 2010, probablement à cause d'un écran trop petit, la fonction vidéo refait son apparition sur l'iPod nano. Évidemment, l'écran de 2,5 pouces n'offre pas du grand spectacle, mais cette fonctionnalité peut toujours dépanner. L'iPod nano 7G supporte les vidéos H.264 et MPEG-4 avec une définition maximale de 720 x 576 pixels à 30 ips et un son en AAC-LC en 256 Kbps. Pour le H.264, le nano supporte les profils Baseline, Main et High-Profile level 3.0 alors que pour le MPEG-4, le débit peut atteindre 2,5 Mbps. Toutes les vidéos se synchronisent avec l'iPod nano et ce n'est seulement qu'à la lecture que le verdict tombera. Dans le cas d'une incompatibilité, l'écran restera noir et l'iPod nano reviendra à l'écran d'accueil.

Évidemment, l'iPod nano exploite parfaitement l'écran tactile pour les vidéos. Ainsi, une tap sur l'écran permet d'apporter les contrôles en surimpression alors que le double-tap permet de zoomer sur l'écran afin de supprimer les bandes noires. Là encore, on se rapproche fortement des capacités des périphériques iOS.

L'écran est un peu moins bon que celui de l'iPod nano précédent avec une densité de pixels un peu en retrait. Le rendu des couleurs n'est pas exceptionnel, mais il est suffisant pour une utilisation occasionnelle. Les angles de vision ne sont pas non plus incroyables avec de fortes variations d'intensité sur tous les côtés. Si l'iPod nano ne vise pas les amateurs de vidéo, la réintégration de cette fonctionnalité est tout de même un plus.

Le Bluetooth mais pas de Wi-Fi

iPod nano 7G (4)L'une des grosses nouveautés de l'iPod nano 2012 est l'intégration du Bluetooth et pas n'importe quel Bluetooth puisqu'Apple a intégré la toute dernière norme 4.0, qui inclut notamment le profil Low Energy. L'interface Bluetooth permet ainsi de connecter des écouteurs sans fil avec le support de l'A2DP qui permet de contrôler le volume, la lecture et de changer de piste depuis son casque, des capteurs Nike+, mais aussi les périphériques compatibles comme les cardiofréquencemètres Bluetooth.

Le jumelage se fait comme sur tous les périphériques iOS. Il suffit de se rendre dans les réglages, d'activer le Bluetooth et de cliquer sur le périphérique à jumeler. Dans la plupart des cas, aucun code n'est demandé. Dans les autres, le code magique 0000 fonctionne presque à tous les coups. Comme sous iOS, le passage du casque filaire au périphérique Bluetooth se fait sur l'écran "À l'écoute" en tapotant sur l'icône Bluetooth.

L'iPod nano offre une très bonne portée supérieure à cinq mètres et nous n'avons rencontré aucun décrochage ou perte de jumelage pendant nos tests. Petite précision tout de même, la radio FM ne fonctionne pas avec un casque Bluetooth, puisque c'est le câble des écouteurs filaire qui sert ici d'antenne de réception.

Malheureusement, l'iPod nano fait toujours l'impasse sur le Wi-Fi. Si cette fonctionnalité était jusqu’ici inutile pour un baladeur, elle prend désormais une autre ampleur avec les services iCloud offerts par Apple. Le Wi-Fi pourrait être ainsi utilisé pour synchroniser les notes et les rappels, synchroniser l'iPod sans fil comme c'est déjà le cas avec les périphériques iOS ou bien encore tout simplement accéder à sa bibliothèque iTunes Match et télécharger des listes de lecture.

Les autres fonctionnalités

iPod nano 7GL'iPod nano embarque toujours les fonctionnalités qui ont fait leur preuve sur les modèles précédents. Il est ainsi possible d'utiliser l'iPod nano comme une clé USB via le réglage "Utilisation comme disque dur" sous iTunes ou encore d'utiliser la fonction Nike+/NikeFuel qui exploite l'accéléromètre intégré à l'iPod nano afin de se transformer en véritable podomètre.

L'iPod nano conserve aussi son tuner FM avec une réception légèrement améliorée par rapport au précédent modèle. Compatible RDS, il affiche donc les informations de la station et permet également de mettre en pause le direct pendant 15 minutes et de naviguer par tranche de plus ou moins 30 secondes. Il supporte également toujours le tag des chansons aux États-Unis afin d'accéder directement aux titres sur l'iTunes Music Store, une fonctionnalité non disponible en France.

Au niveau de l'autonomie, l'iPod nano 2012 dépasse les 24 heures de lecture audio en continu et les 3 heures en vidéo. La recharge à 80 % s'effectue en seulement 1h30 et la charge pleine en 3h. Comparé au modèle 2009, il lui manque un appareil photo et un haut-parleur. Si l'on se passe volontiers d'un appareil photo de piètre qualité, l'ajout d'un haut-parleur aurait été un plus.

Au niveau audio, Apple a fait quelques progrès. Si l'iPod nano ne vise clairement pas un public audiophile, l'écoute de morceaux non compressés (Apple Lossless) montre une meilleure réponse en fréquence de l'iPod nano 7G, notamment dans les basses.

LE VERDICT

Pour 2012, l'iPod nano hérite enfin d'un véritable écran tactile de 2,5 pouces. Alors que le précédent modèle ressemblait à un iPod shuffle survitaminé, le nouvel iPod nano se rapproche plus d'un iPod touch mini. Disponible uniquement en version 16 Go pour un prix d'environ 170 euros, l'iPod nano aura du mal à trouver son public, surtout avec un iPod touch 16 Go 4G vendu seulement 220 euros et donnant véritablement accès à l'univers iOS (Safari, Mail, App Store, iTunes, iCloud, etc.).

Les plus
  • Grand écran
  • Toujours aussi léger
  • Finesse
  • Les boutons pour le contrôle de la lecture et du volume
  • Le retour de la lecture vidéo
  • Ecouteurs EarPods
Les moins
  • Trop proche de l'iPod touch 4G en terme de prix
  • Absence du clip de fixation du précédent modèle
  • Pas de Wi-Fi
  • À quand iOS sur l'iPod nano ?
  • Ecouteurs EarPods sans télécommande...

COMMENTAIRES
Lire le commentaire

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : iPod
Tags :
1 commentaire
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld