Test : iPad mini

L'iPad mini est-il un vrai iPad plus petit ou plutôt un iPad allégé de quelques fonctionnalités ?

iPad mini (7)Afin de lutter contre une concurrence de plus en plus féroce sur le segment des tablettes, Apple a enfin décidé d'élargir sa gamme d'iPad avec l'arrivée d'un iPad mini. Plus petit, ce modèle exploite les toutes dernières technologies de production utilisées par l'iPhone 5 et l'iPod touch de cinquième génération ce qui lui permet d'être très fin et très léger. Comme pour le Mac mini ou l'iPad mini en son temps, l'iPad mini offre   toute la quintessence de l'iPad classique dans un format plus compact. Mais à qui se destine vraiment l'iPad mini ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Un concentré d'iPad

L'iPad mini mesure 134,7 x 200 mm contre 185,7 x 241,2 mm pour l'iPad Retina. L'iPad mini représente donc 60 % de la surface de l'iPad classique. La différence de volume est encore plus impressionnante. En effet, l'iPad mini affiche une épaisseur de seulement 7,2 mm, inférieure à celle de l'iPhone 5, contre 9,4 mm pour l'iPad Retina. L'iPad mini ne représente ainsi que 46 % du volume de l'iPad classique. Même constat du côté du poids, avec 308 grammes sur la balance contre 652 grammes pour son grand frère, l'iPad mini ne représente que 47 % du poids de l'iPad classique.

iPad mini (3)

iPad mini (1)

iPad mini (2)

On peut retourner les chiffres dans tous les sens, l'iPad mini est pratiquement moitié moins encombrant que l'iPad avec son écran Retina. L'écran de 7,9 pouces affiche également 66 % de celui de l'iPad classique avec ses 9,7 pouces. Attention, la définition n'est pas Retina, mais elle est meilleure que sur un iPad 2. Nous y reviendrons.

iPad mini (5)Ce qui marque au premier abord, c'est la légèreté de l'iPad mini et sa finesse, de sorte qu'il est possible de le tenir simplement en pinçant l'un des coins de la tablette. Pour gagner de la place, Apple a d'ailleurs largement réduit la bordure de l'écran sur les côtés. Pourtant, il est toujours possible de tenir fermement la tablette sur les côtés, même en débordant sur l'écran, sans perturber l'interface tactile. En effet, les ingénieurs d'Apple ont ajouté ce paramètre à iOS 6.0. Le système détecte si le doigt est utilisé pour maintenir la tablette ou pour effectuer une action sur l'écran.

Apple a également soigné le design qui se rapproche beaucoup de celui de l'iPod touch 5G. Le dos de l'iPad mini est donc entièrement en aluminium anodisé avec le logo Apple de même couleur. De la même manière, les bords sont arrondis et beaucoup moins marqués que sur l'iPad. Conséquence directe de toutes ces améliorations, la prise en main est meilleure. La légèreté et la finesse de l'objet jouent bien évidemment, mais les bords arrondis ainsi que la coque en aluminium anodisé au touché doux participent aussi à ce sentiment de confort. La finition est toujours impeccable et l'iPad mini offre une rigidité sans faille grâce à sa coque en aluminium.

 

Un excellent appareil photo et un bon processeur

iPad mini (20)L'iPad mini reprend des composants de l'iPad 2, mais aussi certains du tout dernier iPad de quatrième génération. Le petit iPad d'Apple hérite ainsi du processeur Apple A5 de 2011 qui embarque deux coeurs ARM cadencés à 1 GHz et une puce graphique PowerVR SGX 543MP2 (Dual Core), toujours associé à 512 Mo de mémoire vive. Tout comme l'iPad 2, l'iPad mini affiche aussi une définition de 1024 x 768 pixels, la résolution passe ainsi à 163 pixels par pouce contre 132 pixels par pouce pour l'iPad 2, mais c'est toujours bien loin de la résolution Retina des iPad de troisième et quatrième génération avec 264 pixels par pouce.

En revanche, l'iPad mini dispose des capteurs photo du dernier iPad. On retrouve ainsi une caméra Facetime HD 720p en façade et un capteur rétroéclairé de 5 mégapixels à l'arrière. Ce dernier dispose d'un objectif à cinq éléments, d'un filtre infrarouge hybride, d'un autofocus, de la détection des visages et d'une ouverture à f/2,4. Il permet également l'enregistrement de vidéo en 1080p avec une stabilisation logiciel.

Comme l'iPad de quatrième génération, l'iPad mini embarque également les dernières versions des interfaces sans-fil avec le Bluetooth 4.0, le Wi-Fi 802.11 a/b/g/n sur les bandes des 2,4 et 5 GHz ou bien encore le support de la H+ (3G++) ou DC-HSDPA autorisant un débit de 42 Mbit/s via une connexion cellulaire (la 4G/LTE n'est pas compatible avec les fréquences 4G utilisées en France). L'iPad mini Wi-Fi + Cellular exploite d'ailleurs les cartes SIM au format Nano-SIM, comme l'iPhone 5, contrairement aux iPad Retina qui continuent d'utiliser les cartes Micro-SIM. L'iPad mini utilise bien évidemment le nouveau connecteur Lightning qui se généralise sur l'ensemble des périphériques iOS.

iPad mini (11) iPad mini (14)

iPad mini (12) iPad mini (10)

iPad mini (13)

Enfin, la petite tablette d'Apple dépasse tous les autres modèles dans un domaine : l'audio. En effet, l'iPad mini est le premier appareil iOS à intégrer deux enceintes, l'une de part à d'autre du connecteur Lightning. Évidemment, on ne peut pas encore parler de son stéréo, vu la proximité des deux enceintes, mais il est bon de savoir qu'Apple envisage de réintégrer deux enceintes à ses tablettes. Le rendu audio est pourtant moins bon à celui d'un iPad Retina, notamment au niveau des graves, probablement à cause de la taille réduite des haut-parleurs. La partie audio se rapproche de celle d'un iPhone 5, même si le volume est largement plus élevé sur l'iPad mini.

Le mini fait l'impasse sur le Retina

iPad mini (18)L'une des caractéristiques les plus controversées de l'iPad mini est bien évidemment son écran classique qui fait l'impasse sur la fameuse résolution Retina introduite en 2010 avec l'iPhone 4 et en mars dernier sur l'iPad de troisième génération. Apple a depuis généralisé cette technologie avec l'intégration d'un écran haute-résolution sur le MacBook Pro Retina 15 pouces en juin et sur le MacBook Pro Retina 13 pouces en octobre. La résolution classique de seulement 163 pixels par pouce de l'iPad mini fait pâle figure à côté de celle de l'iPad Retina. Même si elle est meilleure que celle de l'iPad original et celle de l'iPad 2, elle n'est pas suffisamment fine pour disposer de la netteté offerte par les écrans Retina.

Pour les habitués des écrans Retina, notamment sur l'iPhone, l'iPod touch, l'iPad ou bien encore les derniers MacBook Pro Retina, le passage à l'iPad mini sera clairement visible surtout au niveau du manque de netteté des textes. Pour les utilisateurs d'iPad original ou de l'iPad 2, ce sera l'inverse puisque l'ensemble semblera légèrement plus net et plus précis (132 contre 163 ppp). Idem pour les utilisateurs de Mac standard, la résolution d'un iMac 27 pouces ne dépasse pas les 109 pixels par pouce et celle d'un MacBook Air 11 pouces les 135 ppp. L'iPad mini sera donc meilleur.

Les choix techniques ont probablement poussé Apple à intégrer un écran classique qui consomme beaucoup moins d'énergie et qui permet donc de conserver une batterie classique afin d'alléger et d'affiner au maximum l'iPad mini. Avec l'iPad mini, Apple vise clairement une nouvelle cible de personnes qui ne disposent pas encore de l'iPad, la résolution Retina n'est donc pas un frein à l'achat, même s'il n'est pas exclu que les prochaines évolutions de l'iPad mini embarquent un tel écran.

Performances

De manière logique, les performances de l'iPad mini sont celles de l'iPad 2 puisqu'il dispose du même processeur Apple A5 et qu'il exploite la même définition d'écran, sauf dans le chargement de page web. L'iPad mini peut exploiter la bande passante supplémentaire offerte par le Wi-Fi 802.11n sur la bande des 5 GHz ce qui lui permet de charger notre page web de test en seulement 6,7 secondes contre 14 secondes pour l'iPad 2.

Performances de l'iPad mini

Dans la pratique, l'iPad mini reste très fluide à utiliser, même dans les jeux. Il faut dire que toutes les applications présentent sur l'App Store sont optimisées pour le processeur Apple A5. Sorti en mars dernier, l'iPad de troisième génération utilise un processeur Apple A5X qui dispose uniquement d'une partie graphique améliorée avec quatre coeurs afin de supporter l'affichage Retina. Sous GLBenchmarks, les performances de l'iPad de troisième génération sont au-dessus de celles de l'iPad 2 et de l'iPad mini dans les tests Offscreen (qui mesurent les performances brutes des puces), mais en pratique, l'écran Retina de l'iPad nécessite plus de calcul et donc le rendu final est inchangé. Les développeurs n'exploitent d'ailleurs pas la résolution native de l'iPad Retina, mais se contentent d'une définition inférieure à laquelle ils appliquent l'anticrénelage pour lisser les textures.

Performances graphiques iPad mini

Au final, seul le nouvel iPad Retina de quatrième génération avec son processeur Apple A6X fait mieux dans les jeux avec des graphismes réellement améliorés, pour peu que les développeurs aient pris la peine d'optimiser leurs jeux.

Autonomie

Avec l'iPad mini, Apple se contente de livrer un chargeur USB 5 Watts, le même que celui livré avec l'iPhone. En conséquence, la recharge est beaucoup plus longue qu'avec un chargeur d'iPad. La recharge complète de la batterie de l'iPad mini s'effectue ainsi en 4 heures avec le chargeur USB 5 Watts fourni alors qu'il ne faut que 2 heures avec un chargeur USB 10 Watts et encore un peu moins avec le nouveau chargeur 12 Watts. En comparaison, il faut compter environ 3 heures pour recharger l'iPad 2 avec son chargeur 10 Watts et 6 heures pour l'iPad Retina.

Autonomie iPad mini

Côté autonomie, Apple annonce toujours 10 heures. Notre iPad mini s'est éteint au bout de 9h12 en lisant en boucle une vidéo. Avec la même vidéo, les mêmes niveaux de rétroéclairage et de volume sonore, les iPad Retina de troisième et quatrième génération ont tenu 9h21 et 10h03 alors que l'iPad 2 a réussi à monter à 11 heures et 30 minutes.

Temps de charge

Une compatibilité parfaite avec les applications

iPad mini (15)Vous l'aurez compris, l'iPad mini dispose de la même définition d'écran et du même processeur que l'iPad 2. Conséquence directe, il est compatible avec toutes les applications pour iPad présents sur l'App Store, soit plus de 250 000 jeux, logiciels, utilitaires, etc. Il ne nécessite aucune adaptation partuclière de la part des développeurs. Les possesseurs d'iPad pourront même restaurer le contenu de leur tablette sur l'iPad mini et retrouver ainsi tous les paramètres, les applications et les contenus de celle-ci sans aucune difficulté. Les applications iPhone sont bien évidemment compatibles avec l'iPad, mais sont agrandis et restent peu pratique sur l'iPad.

Les derniers jeux comme Need for Speed Most Wanted ou FIFA 13 fonctionnent également parfaitement. L'iPad mini se révèle d'ailleurs particulièrement joueur. Plus léger, il est plus agréable à tenir avec les deux mains. Les deux pouces se placent à merveille sur l'écran grâce au bord supérieur et inférieur un peu plus étroit que sur l'iPad Retina. Au final, c'est probablement le périphérique iOS le plus adapté au jeu vidéo.

L'iPad mini bon à tout faire ?

iPad mini (9)Si l'iPad mini est idéal pour jouer au jeu vidéo, il est également très agréable à prendre en main de manière générale. L'absence des bords d'écran sur les côtés ne gêne pas vraiment l'utilisation en mode portrait. Comme précisé dans les premiers paragraphes, le système Apple détecte lorsque le doigt est posé pour tenir l'iPad et cela n'influe pas sur l'interface tactile, de sorte qu'il est possible de tenir fermement la tablette avec sa main gauche en faisant déborder l'ensemble du pouce sur l'écran et d'utiliser la main droite pour naviguer. L'iPad mini est donc aussi très efficace pour la lecture de livres numériques ou de magazine, The Red Bulletin (disponible gratuitement sur le kiosque Apple) permet de se faire une idée du potentiel des magazines numériques. Bien que plus lourd que les liseuses numériques utilisant l'encre électronique comme le Kindle Paperwhite, l'iPad mini avec ses 300 grammes permet des sessions de lecture de une à deux heures sans vraiment fatiguer. La lecture est d'ailleurs beaucoup plus confortable que sur un iPad classique qui finit fatalement sur les genoux ou posé sur une table.

En mode paysage, les bords de l'écran servent alors de poignée sans déborder sur l'écran. Parfait pour regarder une vidéo ou une page web en plein format. L'iPad mini n'excelle d'ailleurs pas dans ce domaine et force est de constater que la taille de l'écran pousse ici à surfer en mode paysage alors que sur un iPad classique la navigation sur Internet se fait plus facilement en mode portrait. De même, le clavier virtuel est plus agréable à utiliser en mode paysage qu'en mode portrait où il est petit, mais utilisable avec les deux pouces. Dans certaines applications, les boutons peuvent également s'avérer un peu trop petits. Apple propose d'ailleurs une nouvelle option aux développeurs leur permettant de fournir une version légèrement différente spécialement pour l'iPad mini. Les développeurs les plus pointilleux pourront donc mettre à jour leur application en intégrant une version spécifique pour l'iPad mini.

iPad mini (17) iPad mini (8)

L'iPad mini est donc parfait pour les jeux, la lecture de livre numérique et des magazines interactifs, l'interaction avec les réseaux sociaux ou encore lire des vidéos. En revanche, il est un peu moins confortable qu'un iPad classique pour le surf. La gestion et la retouche photo sous iPhoto sont également moins pratiques sur l'iPad mini, l'iPad avec son écran Retina tire ici son épingle du jeu. L'iPad mini s'oriente un peu plus vers la consommation de contenu, même si la création reste toujours possible. Évidemment, sa taille réduite et son poids en font un compagnon parfait des enfants qui s'approprient rapidement l'iPad mini délaissant complètement l'iPad classique.

LE VERDICT

Si l'iPad mini n'offre pas la puissance et la qualité d'écran de l'iPad, il met clairement un coup de vieux à son grand frère. Après plusieurs jours passés avec l'iPad mini, le retour en arrière est difficile, l'iPad classique semble lourd et encombrant avec un design devenu classique. L'iPad mini fait finalement tout ce que fait un iPad classique avec un poids et un encombrement divisés par deux. Les possesseurs de MacBook se demandent parfois s'ils doivent emporter l'iPad en plus de leur portable. Avec l'iPad mini la question ne se pose plus. La petite tablette d'Apple est plus facile à sortir au quotidien, afin de profiter des jeux, des vidéos, des livres ou des magazines sur un grand écran. Le seul point faible de l'iPad mini est son écran avec une définition classique. Ceux qui disposent déjà d'un iPad à la maison, qui travaillent, qui créent du contenu, qui gèrent des photos ou qui ont tout simplement besoin d'un grand écran, se tourneront toujours vers l'iPad avec son écran Retina. Les autres peuvent sérieusement envisager l'achat de l'iPad mini tout simplement pour découvrir la richesse de l'App Store et du Kiosque numérique ou bien disposer d'une bonne tablette à emmener partout.

Les plus
  • La taille
  • Le poids
  • L'écran de 7,9 pouces
  • Finition
  • Compatibilité avec toutes les applications iPad existantes
  • Appareil photo de qualité
  • Caméra Facetime HD
  • Toutes les fonctionnalités d'un iPad classique
Les moins
  • Pas d'écran Retina
  • Navigation sur Internet moins confortable que sur un iPad Retina
  • Prix supérieur aux autres tablettes 7 pouces

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : iPad
Tags :
2 commentaires
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld