L'interview de Tim Cook par All Things D

La première intervention importante de Tim Cook.

1338352009_mgpic_finalHier soir, Tim Cook, le patron d'Apple, était sur la scène de la dixième conférence D: All Things Digital animé par Walt Mossberg et Kara Swisher. Les deux journalistes du Wall Street Journal ont longuement interrogé le nouveau CEO d'Apple. Tim Cook n'a pas fait de révélation, mais a tenu à clarifier la situation d'Apple sur les produits et sa stratégie.

Tim Cook a été très marqué par la disparition de Steve Jobs et n'a véritablement réagi qu'à la fin de l'année dernière où il a pris les choses en main. Il avait déjà discuté avec Steve Jobs de cette passation de pouvoir et le co-fondateur d'Apple ne voulait surtout pas que Tim Cook reste dans son ombre, mais qu'il fasse les choses à sa manière, tout en prenant les bonnes décisions. Tim Cook a donc véritablement marqué une rupture avec les pratiques de Steve Jobs et assume ce choix. Il déclare d'ailleurs :

Steve Jobs était le meilleur dans cette catégorie. Il pouvait changer d'idée si vite que vous pouviez oublier rapidement qu'il avait pensé autrement la veille. Je l'ai vu tous les jours. Mais c'est un cadeau qui n'est pas donné à tout le monde, car les choses évoluent et qu'il faut accepter de changement. Cela demande du courage de changer d'avis et de dire j'avais tort. Steve Jobs pouvait le faire.

Apple change donc et Tim Cook s'adapte, mais la philosophie de la société reste la même : faire de bons produits. Pour lui, la culture de l'entreprise dépasse largement son dirigeant. Peu importe qui dirige la barque pourvue qu'elle soit dans la bonne direction. Steve Jobs était un visionnaire et Tim Cook ne le remplacera pas, mais il continuera de manager les principaux cadres d'Apple qui rentrent parfois en concurrence sur certains projets.

Tim Cook prône aussi pour plus de transparence sur certains aspects de la société, comme sur l'environnement, les conditions de travail des travailleurs chinois, les fournisseurs, etc. En revanche, Apple redoublera d'attention concernant le secret entourant ses produits.

En ce qui concerne la question des brevets et des procès liés à ces derniers, Tim Cook tient toujours le même discours :

C'est un tas d'emmerdements. De notre point de vue, il est important qu'Apple ne soit pas le moteur de développement du monde entier. Nous ne pouvons pas travailler aussi dur, apporter autant de soin, mettre les dernières touches de peinture et voir quelqu'un d'autre mettre son nom dessus. Nous ne pouvons pas. La plus mauvaise chose qui puisse vous arrivez en tant qu'ingénieur qui a donné sa vie à un projet est que quelqu'un d'autre s'approprie votre création. Ce que nous voulons, c'est simplement que les gens inventent leurs propres choses.

Concernant les sociétés qui attaquent Apple pour la violation de brevets, Tim Cook indique que ce sont essentiellement des brevets couvrant des standards indispensables couverts par la licence FRAND. Et sur ce point, il n'a pas vraiment tort. Le patron d'Apple en profite pour clarifier la situation : Apple n'a jamais attaqué un concurrent sur un brevet couvrant un standard que nous possédons (NDLR La technologie tactile multipoint par exemple), car ce n'est pas une bonne chose à faire. En revanche, Apple a attaqué plus d'une fois sur le design des produits et de nombreux détails qui définissent l'identité des produits Apple.

Lorsque le journaliste Walt Mossberg a ensuite indiqué que Samsung se focalisait désormais sur quelques produits phares (notamment la gamme Galaxy S), Tim Cook a répondu : "Je me demande bien d'où leur vient cette idée". Le patron d'Apple a ensuite clarifié la situation sur l'élargissement ou non d'une gamme de produits :

Notre objectif est de faire le meilleur produit. Notre but n'est pas de concevoir un produit pour rentrer dans une gamme de prix, pour une date fixe, de constituer une famille, ou d'avoir un nombre de téléphones. Notre objectif est de concevoir le meilleur. Nous n'avons pas de règle ou de commandement qui dirait « il n'y aura qu'un seul téléphone ». Si nous devons concevoir plus d'un modèle, nous le ferons. Mais est-ce que nous en avons besoin ? Nous ne sommes pas victimes de la fragmentation. Regardez le pourcentage d'utilisateurs qui sont passés à iOS 5. Nous avons un seul et unique App Store. Nous avons un téléphone avec une taille d'écran, une définition. C'est donc plutôt simple si vous êtes un développeur.

Avec un tel discours, on peut légitimement douter du changement de définition pour le futur iPhone, même si plusieurs moyens permettent de contourner les problèmes de définition d'écran sans avoir à demander un travail supplémentaire aux développeurs.

Le patron d'Apple est ensuite revenu sur le succès des tablettes et surtout sur l'arrivée des convertibles d'ici la fin de l'année avec la sortie de Windows 8. Il reproche ainsi à Microsoft de vouloir une fois encore mixer les genres alors que la tablette a des spécificités qui lui sont propres :

La tablette est différente. Elle peut faire des choses sans être encombrée par l'héritage du PC. Nous n'avons pas inventé la tablette, mais nous avons inventé la tablette moderne. J'aime la convergence, mais les produits sont faits de compromis, il faut choisir. Plus vous regardez une tablette comme un PC, plus le poids du passé affecte le produit.

Et il faut reconnaitre que le PDG d'Apple n'a pas tort sur ce point. L'iPad est un succès, car les développeurs ont su s'adapter en oubliant complètement l'interface clavier/souris et en construisant des applications pensées pour le tactile. C'est ce qui a fait le succès de la tablette.

Interrogé sur le futur téléviseur Apple, Tim Cook a rappelé que l'essentiel était d'être présent dans le salon, ce que fait la société avec son Apple TV dont les ventes sont sur le point de doubler. En effet, Tim Cook a indiqué que l'Apple avait écoulé 2,7 millions d'Apple TV durant les six premiers mois de l'année fiscale 2012 (de septembre à mars) contre 2,8 millions pour toute l'année 2011. Il a assuré que la clé était le contenu qui n'était pas encore suffisant. Il n'a pas évoqué le téléviseur Apple ni son développement.

Enfin, Tim Cook tend encore une perche à Facebook qui pourrait se voir intégrer à iOS et OS X au même titre que Twitter. Le patron d'Apple indique qu'il y a encore plus à faire avec le réseau social de Mark Zuckerberg et que les relations entre les deux sociétés sont chaleureuses, même si Facebook a sa manière de faire les choses. Apple ne serait d'ailleurs pas du tout intéressé par le rachat d'un réseau social et serait même sur le point d'abandonner son réseau social musical Ping qui n'a pas convaincu.

Avec cette interview, Tim Cook rassure et montre qu'Apple est entre de bonnes mains et que la société n'a pas changé son fusil d'épaule. L'objectif reste de faire de bons produits et d'investir les catégories où l'entreprise peut apporter un véritable plus. Il n'a d'ailleurs pas manqué d'annoncer la présentation de quelques nouveautés pour la WWDC, le 11 juin prochain.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Divers
Tags :
2 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld