Un an après la mort de Steve Jobs, tout va bien chez Apple

L'entreprise Apple ne s'est jamais aussi bien portée.

logo-appleLe cofondateur d'Apple, Steve Jobs, est décédé le 5 octobre 2011, soit un an jour pour jour. Cette disparition prématurée avait touché les fans de la marque dans le monde entier alors que du côté des observateurs de la marque, la question de l'après Steve Jobs se posait alors. Bloomberg a consacré un sujet relativement complet sur la gestion d'Apple par son nouveau PDG Tim Cook.

Ca se passe comment chez Apple ?

L'article revient notamment sur la boulette du départ à la retraire de Bob Mansfield, vice-président de l'ingénierie matériel chez Apple. Le départ à la retraite a été annoncé le 29 juin avec dans la foulée son remplacement par Dan Riccio a été très mal pris par les ingénieurs travaillant avec Bob Mansfield. Tim Cook est passé à côté d'une mini réviolte des ingénieurs en question qui ont assuré à Tim Cook que Dan Riccio n'était tout simplement pas prêt pour ce poste. Tim Cook est donc retourné voir Bob Mansfield et lui a proposé une importante somme d'argent, environ 2 millions de dollars par mois, afin qu'il reste chez Apple en tant que conseiller pour gérer l'équipe d'ingénieur. Le 27 août, Apple a donc annoncé officiellement le retour de Bob Mansfield.

Concernant Plans et les relations avec Google, Bloomberg affirme que Steve Jobs avait déjà envisagé de retirer le moteur de recherche Google de Safari, mais cela aurait causé plus de problèmes aux utilisateurs. Le PDG d'Apple a donc pris la décision de se lancer dans la cartographie afin de remplacer Google Maps dans Plans, ce qui a été fait avec iOS 6.0.

L'article de Bloomberg revient également sur l'abandon d'Intel. Les ingénieurs et les cadres d'Apple discutent régulièrement des possibilités offertes par les processeurs Apple (Apple A4, A5, A6, etc.) en vue de leur intégration dans les Macintosh. A priori, le changement est pour l'instant difficile et n'est pas imminent.

Un bilan plutôt positif

Au final, un an après la disparition de Steve Jobs, Apple ne s'est jamais aussi bien porté avec une action en hausse de 75 %, une capitalisation boursière qui dépasse les 600 milliards de dollars, un chiffre d'affaires et des bénéfices en hausse. Avadis Tevanian, ancien vice-président en charge du logiciel chez Apple embauché par Steve Jobs en 1997, reste impressionné par la capacité d'Apple à fournir l'iPhone 5 dans 100 pays avant la fin de l'année. Pour lui, la gestion opérationnelle de la société est tout simplement phénoménale.

L'entreprise semble désormais plus heureuse et plus transparente qu'elle ne l'était sous l'emprise de Steve Jobs. Il y a moins de pression implicite sur les ingénieurs et moins d'imprévus. L'entreprise ne se porte pas mieux sans Steve Jobs, mais elle se porte en tout cas très bien.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : Divers
Tags :
2 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld