Quand Apple s'est lancée dans la course aux brevets...

Apple s'est lancé dans la course aux brevets pour se protéger.

logo-appleLe New York Times est revenu sur la genèse de la guerre des brevets opposants Apple au reste du monde. Un an avant la sortie de l'iPhone, en 2006, Apple verse alors la somme de 100 millions de dollars à la société taiwanaise Creative pour l'utilisation d'un brevet plutôt large sur la lecture des fichiers musicaux. Steve Jobs, pas franchement ravi de la situation, ne mâchait pas ses mots en écrivant que Creative avait eu « beaucoup de chances » avec ce brevet.

Le patron d'Apple a donc décidé de protéger des pieds à la tête son futur smartphone. Steve Jobs a alors convoqué les principaux cadres de la société en annonçant que si quelqu'un pensait à quelque chose, l'idée devait être brevetée. Dans l'optique de Steve Jobs, même si les brevets ne concernaient pas de futurs produits, ils permettraient de se défendre. Lors de la présentation de l'iPhone, en janvier 2007, Steve Jobs a d'ailleurs bien insisté sur le fait que les technologies utilisées étaient toutes brevetées, notamment celle relative au multitouch ou bien encore plus étonnante, les icônes avec des coins arrondis...

Brevet iPhone

Chaque mois, les ingénieurs d'Apple présentaient alors leurs idées aux avocats spécialisés en propriété intellectuelle qui précisaient si les concepts étaient déjà brevetés par d'autres sociétés ou même Apple. Des ingénieurs se sont même plaints auprès de la direction estimant que l'appropriation des concepts logiciels de base n'était pas dans le rôle des entreprises. C'est d'ailleurs tout le problème des brevets logiciels aux États-Unis.

Le New York Times affirme que 540 000 brevets liés au monde de l'informatique ont été déposés en 2011. Durant les douze dernières années, Microsoft a déposé 21 000 brevets, Apple environ 4 100 contre seulement 2 700 pour Google. Enfin, le New York Times rappelle que si Apple est agressif, la société a été poursuivie à 135 reprises depuis 2006.

La guerre des brevets n'est donc pas prête de s'arrêter. La justice doit encore trouver un juste milieu entre le frein à l'innovation, la violation réelle de brevets et le respect des brevets FRAND sur les technologies indispensables.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : Divers
Tags :
3 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld